ACTUALITÉ
L’économie chinoise en train de revenir à son taux de croissance potentiel
        
2020-03-26 07:59 | French.china.org.cn

Alors que des troubles financiers assombrissent les perspectives économiques mondiales, l’économie chinoise est en train de connaître une forte reprise après son creux du premier trimestre. Davantage d’efforts seront nécessaires pour endiguer l’épidémie de nouveau coronavirus et faire face à ses retombées économiques.

Les dernières prévisions par les économistes du monde entier envisagent une récession mondiale en 2020, la fermeture des entreprises pour enrayer la propagation du virus provoquant d’importants préjudices économiques et financiers. Mardi, l’agence de notation Moody’s a fait savoir que l’économie mondiale devrait pâtir de la crise, avec une chute du PIB réel de 0,4 % cette année.

A la suite d’une conférence de presse organisée lundi par les ministres des Finances du G20 et les gouverneurs des banques centrales, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Gueorguieva, a prédit une croissance mondiale négative cette année avant une reprise en 2021, déclarant que des « efforts audacieux » seraient nécessaires − notamment sur le plan fiscal − pour atténuer l’impact de la crise actuelle.

Les banques centrales et les gouvernements du monde entier sont en train de renforcer rapidement leur riposte au stress économique et financier. Lundi, la Réserve fédérale des Etats-Unis a dévoilé des mesures sans précédent avant l’ouverture du marché, s’engageant à acheter sans limites des bons du Trésor (Treasury bonds) et des créances hypothécaires pour maintenir les coûts d’emprunt à leurs niveaux le plus bas, dans un cycle d’« assouplissement quantitatif infini ».

Précédemment, la Fed avait déjà abaissé le taux directeur à près de 0 %, abaissé le taux de réserves obligatoires des banques et indiqué qu’elle injecterait des liquidités substantielles aux marchés de crédit par le biais de divers mécanismes de crédit, qui ont jusqu’à présent été utilisés uniquement lors de la crise financière de 2008.

« Ces mesures inattendues de la Fed, qui constituent le programme d’assouplissement monétaire le plus agressif dans l’histoire de la banque centrale, a montré l’urgence à maintenir les investisseurs à flots, ce qui est nécessaire pour le marché, même si davantage de temps sera nécessaire pour voir si l’achat d’une quantité infinie de bons du Trésor permettra aux marchés mondiaux une reprise soutenue. La chute du crédit durera si l’économie mondiale continue de se contracter », affirme Ming Ming, un analyste senior chez CITIC Securities.

Ces nouvelles mesures de la Fed n’ont pas réussi à stimuler immédiatement les bourses américaines. Lundi, le Dow Jones (DJIA) a fermé sur une baisse de 582,05 points (- 3,04 %) à 18 591,93 et l’indice Standard and Poor’s a perdu 67,52 points (- 2,93 %).

A l’inverse, les marchés boursiers en Asie, notamment les actions de classe A, ont enregistré une tendance à la hausse. L’indice chinois CSI 300 des actions cotées à Shanghai et à Shenzhen s’est renforcé de 2,69 % à la clôture de mardi. L’indice de référence Shanghai Composite (SHCOMP) a augmenté de 2,34 %, après une baisse de 3,11 % plus tôt dans la journée. Le yuan s’est apprécié face au dollar US avec la chute de l’indice du dollar américain.

« L’Asie semble avoir passé le pire du virus et, même s’il reste encore d’importantes répercussions économiques à venir, l’économie de la région devrait être capable de réaliser un léger gain dans son PIB cette année », estime Mark Zandi, économiste en chef chez Moody’s.

« La stabilisation du nombre de nouvelles infections en Chine va permettre une normalisation de l’activité économique sur le deuxième trimestre, avec une reprise de la production manufacturière probablement plus rapide que celle de l’activité dans le secteur des services », note said Madhavi Bokil, vice-présidente et chercheur au sein de Moody’s Investors Service.

Chen Yulu, le vice-gouverneur de la banque centrale de Chine, a annoncé dimanche que l’économie du pays était en train de revenir à son taux de croissance potentiel, avec une amélioration significative prévue pour la période allant d’avril à juin.

La capacité du gouvernement à confiner rapidement et efficacement les populations infectées a permis à la Chine de reprendre la production plus rapidement et de limiter les dégâts sur ses perspectives de croissance à long terme.

Les législateurs chinois ont répondu à l’impact économique négatif et accéléré la reprise de la production. Ces mesures incluent la baisse des réserves obligatoires des banques, qui permet d’injecter 550 milliards de yuans (72 milliards d’euros) dans l’économie, et l’offre de 800 milliards de yuans en nouveaux prêts et réescompte pour que les banques commerciales puissent augmenter leurs prêts. Un soutien budgétaire discrétionnaire sera également inclus, avec une hausse des dépenses gouvernementales et des réductions fiscales.

D’autres mesures seront prises si nécessaire pour aider à la reprise de l’économie chinoise, incluant le renforcement des investissements en immobilisations et le soutien à la consommation.

0