SOCIÉTÉ
Les enfants portant le "gène de l'obésité" réagissent plus fortement aux publicités pour des fast foods (étude)
        
2016-12-27 21:51 |

WASHINGTON, 25 décembre (Xinhua) -- Les enfants présentant un risque d'obésité de source génétique réagissent plus fortement aux publicités télévisées pour les fast-foods, dans une zone du cerveau associée au sentiment de récompense, selon une récente étude publiée dans le journal américain Proceedings of the National Academy of Sciences.

Cette étude est la première du genre visant à examiner comment un gène clé associé à l'obésité, connu sous le nom de gène FTO (pour "fat-mass and obesity"), influence la réponse du cerveau aux publicités pour des aliments et autres incitations à manger, selon les chercheurs du Dartmouth College. Elle doit permettre de comprendre pourquoi certains enfants ont plus de chances que d'autres de faire des excès alimentaires.

Les premières conclusions de ces scientifiques ont été publiées dans le journal américain Proceedings of the National Academy of Sciences.

Dans cette étude, 78 enfants âgés de neuf à 12 ans ont regardé une émission télévisée en étant soumis à un scanner par image à résonnance magnétique (IRM).

Simulant une séance de visionnage de télévision à la maison, cette émission comprenait 12 minutes de pauses commerciales, dont la moitié étaient des publicités pour des fast-foods, et l'autre moitié, des publicités pour des articles non alimentaires.

Les enfants étaient aussi examinés selon leur risque génétique d'obésité, basé sur le gène FTO, qui permet de prédire la tendance à l'obésité tout au long de la vie.

Le nucleus accumbens, zone du cerveau fréquemment associée à la recherche de récompense, est non seulement plus grand physiquement chez les enfants présentant le génotype FTO associé à l'obésité, par rapport aux enfants à faible risque génétique, mais il montre aussi une réaction plus forte de désir face aux publicités pour la nourriture.

"Environ un tiers des publicités que les enfants voient à la télévision sont des publicités pour la nourriture, et chacune d'entre elles est une invitation à manger", a déclaré dans un communiqué Diane Gilbert-Diamond, directrice de cette recherche et professeure adjointe d'Épidémiologie à la Faculté de médecine de Dartmouth.

"Nous savons d'après des recherches antérieures que les enfants présentant ce même facteur de risque d'obésité ont plus de chances de manger excessivement après avoir regardé des publicités pour la nourriture à la télévision, même s'ils n'ont pas faim. Les imageries du cerveau suggèrent que ces enfants pourraient être particulièrement vulnérables aux invitations à manger, et que limiter l'exposition aux publicités alimentaires pourrait être un moyen efficace de combattre l'obésité infantile".

0