COMMERCE ET INVESTISSEMENT
Les prévisions de croissance de la Grande-Bretagne revues à la baisse alors que les effets du Brexit se font sentir
        
2016-11-24 22:18 |

LONDRES, 23 novembre (Xinhua) -- Mercredi, le chancelier de l'Échiquier britannique, Philip Hammond, a revu à la baisse les prévisions de croissance de l'économie britannique pour 2017 et 2018.

Dans son discours prononcé devant la Chambre des communes, M. Hammond a dit aux législateurs qu'en 2017, la croissance du produit intérieur brut (PIB) de la Grande-Bretagne n'atteindra que 1,4 %, alors que selon les prévisions de mars 2016, elle devait atteindre 2,2 %.

2,2 % était la prévision de croissance du dernier budget de son prédécesseur, George Osborne, avant que le vote du Brexit ne le contraigne à démissionner. D'autre part, la révision à la baisse du PIB britannique serait également une réaction - en partie - à la décision prise, à l'issue du référendum, de quitter l'Union européenne (UE).

Les chiffres de M. Hammond reposent sur des données transmises par l'Office of Budget Responsibility (OBR), l'organisme officiel chargé des données économiques, qui a également révisé à la baisse la prévision pour 2018, la faisant passer de 2,1 à 1,7 %. Cependant, selon le chancelier, les prévisions de croissance pour 2019 et 2020 - à 2,1 % - n'ont pas été modifiées.

La dette du secteur public britannique devrait également augmenter, d'après les prévisions, et pourrait culminer à 90,2 % du PIB en 2017-2018. Le budget du mois de mars avait prévu que la dette allait commencer à reculer cette année, et atteindre 81,3 % du PIB en 2017-2018.

M. Hammond a promis que les dépenses ''reviendront à l'équilibre dès que le nouveau Parlement pourra œuvrer dans ce sens''.

La productivité de la Grande-Bretagne a stagné depuis la crise financière, alors que faire augmenter la productivité ''était essentiel pour améliorer le niveau de vie des travailleurs,'' a dit M. Hammond.

0